samedi 6 juillet 2013

Lionel BEHRA_Les Arcanes Du Temps


4ème de couverture :

Et si les voix que Jeanne d'Arc prétendait entendre n'étaient pas d'origine divine et que la réalité se révélait plus stupéfiante encore ? Et si une technologie de voyage intertemporel permettait d'agir sur le passé pour modifier le présent ?

Après de multiples aventures, Khéléan va découvrir que notre Histoire n'est que le fruit d'une incroyable machination...

Citations :

"Elle avait 'impression, à ses côtés, d'être une héroïne de film d'aventures. Pas la nunuche de service qui n'est là que pour être sauvée par le héros et se faire embrasser à la fin du film. Non ! Une véritable héroïne qui participe à l'action. Elle était en train de voler au secours de villageois innocents exposés à l'attaque de barbares cruels, et elle allait permettre à Jeanne d'Arc, la figure féminine la plus téméraire de l'Histoire de France, d'échapper à ce danger."

Mon avis :

Se pourrait-il que l'Histoire ne se soit pas exactement celle que l'on connait ? C'est ce qu'on pourrait se demander avec cette lecture, qui nous présente une version de l'histoire de Jeanne d'Arc assez inattendue !

J'avais de prime abord été attirée par ce livre de par sa couverture, que je trouve vraiment magnifique, et qui m'a donné envie d'aller voir un peu plus loin, de lire le résumé pour savoir de quoi il était question. 

Je tenais vraiment à souligner ce détail car on a beau dire qu'il ne faut pas juger un livre à sa couverture - et je suis tout à fait d'accord avec ça - il n'en reste pas moins que la couverture, c'est le premier contact qu'on a avec un livre, et il ne faut pas se mentir, on est beaucoup plus attiré par une couverture et un titre accrocheurs, et, personnellement, une couverture "bof" ne me donne pas envie de m'attarder sur le livre, sauf si j'en ai déjà entendu de bons avis.
Oui, je sais, "c'est pas bien" mais c'est comme ça... 

Donc, heureusement que cette couverture était là, car sinon je ne m'y serais peut-être jamais intéressée, et je serais vraiment passée à côté d'un très bon livre !

En effet, je ne pensais pas autant m'attacher à cette lecture, être autant prise dans l'histoire, à tel point que lorsque je suis arrivée à la fin, je me suis surprise à en espérer une suite. Oui, oui, croyez-moi, venant de moi, c'est surprenant, car l'Histoire et moi ça ne fait pas vraiment Un, c'est un sujet que j'aime bien écouter c'est vrai, mais ça ne m'a jamais intéressée plus que ça, je n'ai jamais réussi à en retenir grand chose, surtout au niveau des dates et des époques.... En gros, je mélangeais un peu tout !

Alors que là, j'ai carrément trouvé ça passionnant

Déjà au bout d'à peine quelques pages, on tombe sur un avertissement qui intrigue énormément, et qui en quelques lignes seulement nous donne envie de dévorer le livre. 

Ceci est bien représentatif de l'ensemble du livre, car dès que l'on tombe dedans, on ne peut plus en sortir avant la fin ! 

Pour ma part, j'ai trouvé que l'auteur, Lionel Behra, avait réalisé là un excellent travail, car il a réussi à intégrer des faits historiques réels à son histoire de fiction, à y ajouter des voyages temporels, tout en étant précis, attentif aux détails, il a par exemple pris en compte les différences de langage entre notre époque et le XVème siècle. Je n'ai pas relevé d'incohérence dans son histoire, et c'est vraiment appréciable car ça n'en rend le récit que plus réaliste. 

A côté de ça, il a aussi bien creusé ses personnages, qui sont tous très intéressants. Bien que Khéléan reste le personnage principal de l'histoire, ils sont pratiquement tous narrateurs à un moment du récit, ce qui fait qu'on en apprend vraiment sur chacun, et on passe pratiquement par tous les points de vue, ce qui nous donne une vision approfondie, complète de l'histoire.

Ce "système" de narration m'a beaucoup plu, j'ai trouvé ça génial, et je me suis vraiment attachée à certains personnages, tels que Halima dont j'ai adoré le courage et la force de caractère, ou même Blackrow que j'ai trouvé très intéressant au final.

De plus, tous les personnages ne se connaissant pas au début du récit, on suit leurs histoires en parallèle - d'où les différentes narrations -, et on ne sait pas ce qui les lie ni comment ils vont se regrouper, le suspense est gardé jusqu'à la fin ! 
Eh bien, c'est agréable de ne pas deviner toute l'histoire au bout des 100 premières pages pour une fois !!! 

Passons à un point qui m'a un peu - mais rien qu'un tout petit peu, promis ! - dérangée maintenant.
En fait, il s'agit d'un point que j'ai aimé et en même temps non, c'est un peu étrange et difficile à expliquer...
Il s'agit en fait des titres des chapitres, qui sont en latin, et j'ai trouvé que c'était une bonne idée, vraiment adaptée au contexte, ça nous plonge encore plus dans l'ambiance XVème siècle, c'est sûr que ça change, néanmoins je pense qu'il aurait fallu rajouter quelque part dans le livre, à la fin par exemple, une page avec les traductions de ces titres, car pour ceux et celles qui, comme moi, n'ont aucune connaissance en latin, c'est un peu dommage de ne pas comprendre la signification, on passe à côté de quelque chose... 

Attention également, car ce roman peut paraître "jeunesse" de par l'âge des protagonistes, mais il ne faut pas oublier qu'ils sont plongés au XVème siècle, et certains passages comportent des tortures médiévales, des pillages, bref on est loin du pays des bisounours hein !!

Bref, on sent que ce livre a été bien travaillé et qu'il y a de la sueur derrière, la plume de Lionel Behra est super agréable, l'histoire est absolument géniale, franchement, je ne peux QUE LE CONSEILLER !!!
Jetez-vous dessus car il vaut le coup ! 



livre lu pour ce challenge :



Infos :

Titre : Les Arcanes du Temps
Auteur : Lionel BEHRA
Edition : Rebelle
Collection : Galactée
Publication : 2013
Pages : 425
Prix : 19,90€

3 commentaires:

  1. Merci Céline.
    Je suis heureux que mon roman t'ai plu.
    Bises.

    RépondreSupprimer
  2. Céline, voici la traduction des titres de chapitre que tu voulais:
    I - In medias res. Et ab initio : Au milieu de l'histoire. Et à son commencement.

    II - Alea jacta est : Le sort en est jeté

    III - Quo vadis ? : Où vas-tu ?

    IV - Tempus fugit : Le temps fuit

    V - Verba volant,scripta manent : Les mots s'envolent, les écrits restent.

    VI - Liberate me ex inferis : Libérez-moi de l'enfer

    VII - Homo homini lupus : L'homme est un loup pour l'homme

    VII - Qui nescit dissimulare, nescit regnare : Qui ne sait dissimuler ne sait régner

    VII - Omnibus viis Roman pervenitur : Tous les chemins mènent à Rome.

    VIII - Summum jus,summa injuria : Une justice excessive est une grande injustice

    IX - Deus ex machina : Un Dieu descendu de la machine ( cette expression tient son origine du vocabulaire théâtral pour désigner la machinerie faisant entrer en scène, en le descendant des cintres, un dieu dénouant de manière impromptue une situation désespérée)

    X - Aegroto dum anima est, spes est : Tant que la malade a un souffle, l'espoir demeure.

    XI - Aeternum vale : Adieu pour toujours.

    XII - Si vis pacem,para bellum : Si tu veux la paix, prépare la guerre.

    XIII - Morituri te salutant : Ceux qui vont mourir te salue

    XIV - Post mortem : Après la mort.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nickel, merci ! Hâte de découvrir le suivant maintenant ! ;D

      Supprimer